Press "Enter" to skip to content

Un feu sonore, ça coûte combien en réalité ?

« On n’a pas le budget », « c’est trop cher », « ça ne sert à rien vu qu’il n’y a jamais d’aveugle qui passe par là… » Avez-vous déjà entendu ces phrases ? Ces pseudo-arguments sont parfois utilisés pour justifier l’immobilisme de certaines collectivités publiques qui n’assument pas leur obligation d’accessibilité. Mais au fait, un feu sonore, ça coûte combien ? Est-ce si cher que ça ? Par rapport à quoi ? J’ai posé la question à des professionnels de la voirie et vous savez quoi ? La sonorisation complète d’un carrefour à feux représente en moyenne moins de 1% du coût global de son aménagement. Je vous explique tout dans cet article.

Un feu sonore, c’est quoi exactement ?

De quoi parle-t-on quand on parle d’un feu sonore ? En réalité, l’expression « feu sonore » est un raccourci de la formule officielle : « dispositifs répétiteurs de feux de circulation à l’usage des personnes aveugles ou malvoyantes. » Concrètement, il s’agit d’une carte électronique qui stocke les données de programmation et interprète la couleur du feu,  couplée à un haut-parleur pour la diffusion du son. Si ce dispositif est parfois installé dans un boitier autonome fixé sur le mât du feu, il est le plus souvent directement intégré dans la figurine « piéton ». Le coût de cette partie sonore varie selon les fabricants et les volumes de commandes. Il est estimé à environ 200 € par feu.

Les feux sonores représentent 0,8% du budget global d’un aménagement de carrefour

Prenons l’exemple d’un simple croisement de 2 rues perpendiculaires. Nous avons donc 4 traversées piétonnes à équiper, soit 8 feux piétons (un de chaque côté de la traversée). La signalisation lumineuse tricolore (ou SLT pour les pros) comprend l’ensemble des feux tricolores qui régulent la circulation des véhicules sur un carrefour, ainsi que tous les signaux complémentaires à l’attention des piétons, cyclistes ou transports en commun. Ces signaux lumineux sont commandés par un contrôleur de feux. Avec les travaux de câblage, raccordement électrique, installation, réglage et mise en service, équiper un carrefour de feux de circulation revient en moyenne à 40 000€.

Mais l’aménagement d’un carrefour ne s’arrête pas là. Le plus coûteux reste les travaux de génie civil : revêtement des rues, enterrement des câbles, bordures de trottoirs, abaissements, caniveaux, pistes cyclables, plateaux surélevés, îlots de protection… Il faut ajouter à cela le mobilier urbain (potelets anti-stationnement, poteaux de signalisations…) et les travaux de peinture (passages piétons, lignes d’arrêt…).
Le coût global d’un aménagement de carrefour urbain s’élève donc à 200 000€ et peut aller bien au-delà en cas d’aménagements spécifiques.

Maintenant, je vous laisse faire le calcul ! 8 modules sonores à 200 € pour un aménagement de carrefour à 200 000. Nous arrivons bien à 0,8% du coût global. Cet investissement ne vaudrait-il pas le coup alors que plus de 2,5% des Français vivent avec une déficience visuelle, et que l’OMS prévoit un doublement de ce chiffre d’ici 2050 ?

Soyez le premier à commenter :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *